Shoette rejoint l’association 100 000 entrepreneurs pour donner envie d’entreprendre

Connaissez-vous l’association 100 000 entrepreneurs?

« Nous voulons donner aux jeunes l’envie d’entreprendre » Philippe Hayat

« Nous donnons aux jeunes l’envie d’entreprendre, en organisant des témoignages d’entrepreneurs bénévoles (chefs d’entreprise, responsables associatifs, porteurs de projet au sein d’un groupe ou de la fonction publique) dans les classes de collèges, de lycées et de l’enseignement supérieur.

Ces opérations sont menées en étroite collaboration avec l’Education Nationale. Une convention de partenariat a été signée avec le Ministère de l’Education Nationale, ainsi qu’avec chacun des Rectorats dans lesquels l’Association intervient. »

100 000 entrepreneurs est une association d’intérêt général fondée en 2007 par Philippe Hayat et le Club Horizons.

Shoette a rejoint l’association en Avril 2013. Nous sommes intervenu au collège Notre-Dame de Lourdes, à l’occasion du forum pour l’entrepreneuriat féminin.

Shoette veut devenir Made in France

Si ce n’est pas déjà fait, nous vous conseillons de commencer la lecture de la première partie de l’histoire dans le billet précédent : http://blog.shoette.com/comment-une-petite-startup-francaise-sest-retrouvee-en-chine/

(…) Donc Shoette a lancé ses premières ballerines de secours, avec toutes les caractéristiques voulues :
- faciles à transporter : toutes petites, propres et légères
- confortables
- féminines, fines, au style et à la couleur (noir) adaptable à toutes les tenues, toutes les femmes, tous les ages et tous les styles
- à un prix bas, pour que vous gardiez vos sous pour acheter de vraies belles chaussures (celles à talons hauts super sexy qui finiront par vous faire mal aux pieds mais que vous aimez quand même).

Maintenant que c’est fait, que nous existons, que grâce à notre partenaire industriel français nous avons pu sourcer une bonne usine en Chine, de qualité, qui accepte de nous fabriquer les produits à un prix tenable et dans des faibles quantités (contrairement donc à la France), nous pouvons passer à l’étape 2 : L’AMELIORATION.

Et l’AMELIORATION c’est l’étape que la Shoette Equipe attend depuis le début de l’aventure… Youpi! Nous y sommes! Nous avons d’ailleurs organisé un afterwork festif au bureau sur le thème « Shoette existe, c’est la fin de l’étape 1, nous entrons dans l’étape 2″. Véridict. Et voici les pistes d’amélioration :
1/ Amélioration de la qualité des produits (semelle plus résistante, matières plus nobles…)
2/ Changer d’usine, MADE IN FRANCE
3/ Une surprise que nous n’allons pas vous réveller pour l’instant mais que vous allez aimer!!

Nous sommes en discussion avec plusieurs usines de chaussures en FRANCE. Oui, pas au Portugal ni en Espagne, ni même en Italie qui sont vraiment bons pour le cuir mais pas exceptionnel sur le caoutchouc que Shoette utilise pour ses semelles enroulables – des usines EN FRANCE. Cocorico !
Évidemment, les produits vont couter beaucoup beaucoup plus chers à la fabrication. Ensuite il faut payer les housses, le routier qui nous amènera le stock jusqu’à notre entrepôt, nos amis logisticiens qui gèrent l’entrepôt, et les quelques frais nécessaires pour que le produit soit contrôlé, bien conditionnés et livrés dans nos points de vente ou chez vous. Nous souhaitons donc lancer une gamme de ballerines de secours Shoette Made in France, plus cher, plus qualitative, plus résistante, probablement dans des matériaux plus « nobles », peut-être dans plusieurs couleurs, et automatiquement plus cher. Pour convenir à toutes les bourses, nous conserverons les produits Made in China pendant quelques mois, le temps de voir ce que nos clients veulent – parce que c’est vous qui choisissez quand même !

Pour avoir les fonds nécessaires pour finaliser la conception des Ballerines de Secours Shoette Made in France plus résistantes, et pour lancer la fabrication en France de la première série de ballerines, nous avons besoin de vendre 25 000 paires de Shoette actuelles.
Donc si vous souhaitez aider notre petite startup à fabriquer en France, vous savez ce qu’il vous reste à faire! Soutenez-nous en nous montrant qu’il y a une réelle demande, que les ballerines enroulables de secours ça vous plait, c’est utile, et que vous souhaitez que notre petite startup se développe!

Merci à tous pour votre soutien :-) Nous travaillons dur tous les jours pour améliorer nos produits et pour contribuer, à notre petit niveau, à l’économie et au développement de l’entrepreneuriat en France.

- L’équipe Shoette

Comment une petite startup française s’est retrouvée en Chine

Shoette est une petite startup, initialement composée de jeunes femmes dynamiques qui courraient toute la journée et toute la soirée en superbes chaussures à talons hauts, de la maison au bureau, du bureau au café avec les copines, du café à la maison, puis au restaurant, et certaines fois en discothèque.

L’idée de base de Shoette est de trouver une solution pour rester glamour et ne plus avoir mal aux pieds en chaussures à talons.Il se trouve que nous avons choisi de commencer notre activité avec la première solution que nous avons trouvé pertinente (parmi une liste de solutions originales, farfelues, parfois irréalisables, parfois pourries, parfois déjà existantes, parfois déjà existantes et pourtant pourries mais on ne citera personne). Cette première solution pertinente est : des petites chaussures de secours confortables et féminine, à toujours avoir dans son sac à main.

De là, nous avons déroulé le concept pour en déduire les caractéristiques de la chaussure:
- elle doit pour voir se transformer en tout petit pour tenir dans tous les sacs à main de femme
- elle doit être propre dans nos sacs à main
- elle doit être légère à porter
- elle doit être confortable, puisqu’elle ne sera portée qu’à un moment où nous avons déjà mal aux pieds
- elle doit être féminine (si nous avons mal, c’est que nous portons des chaussures douloureuses, si nous les portons alors qu’elles sont douloureuses c’est qu’elles sont suuuuuuper belles et que nous sommes prêtes à souffrir pour être stylée, donc nous faisons parti de ces femmes pour qui il est hors de question d’être mal fagoté – du moins en public).

De là, nous avons cherché à fabriquer en France. Nous avons eu la chance de nous rapprocher de la Fédération Française de la Chaussure, du Centre Francilien de l’Innovation et de Le Lieu Du Design (qui travaillent ensemble). Grâce à eux et grâce aux salons professionnels où nous nous sommes rendus, nous avons pu rencontrer plusieurs fabricants de chaussure français. Après 6 mois de recherche, de rencontre, d’entretiens, d’attente, de coups de fils manqués, et de partenariats impossibles, nous avons vu à quel point il était compliqué pour une petite startup qui ne connaissait rien à la chaussure de faire fabriquer quelque chose de nouveau. Simple certes, mais nouveau, c’est à dire pour lequel il n’existait pas de moule ou de patron pré-existant. Nos quantités sont trop petites, notre forme n’est pas celle qu’ils sont habitués à couper, la technique de fabrication souhaitée pour que les ballerines Shoette puissent être enroulées dans les deux sens n’est pas usuelle pour une usine française, et nos objectifs de prix sont trop faibles. Si à cela vous rajoutez le fait que nous voulions 5 tailles différentes (34/35, 36/37, 38/39, 40/41 et 42/43) là vous aviez un « non ce n’est pas possible » droit et massif. Et je ne vous parle même pas d’échantillon gratuit, ou pire, de délais!

Puis nous avons eu la chance de rencontrer le patron d’une grosse société industrielle française (dont nous n’avons pas le droit de dire le nom pour ne pas associer nos deux marques à l’image très différente) mais que nous remercions beaucoup. Depuis plus de 30 ans, sa société conçoit ses vêtements en France et les fait fabriquer dans plusieurs pays dont la Chine. Il nous a gentiment demandé : « Vous voulez vraiment monter une startup ou vous préférez travailler sur un projet étudiant qui n’aboutira jamais? Parce que aujourd’hui vous êtes des étudiants avec un projet dans la tête. Pour devenir une société, il vous faut un premier produit, un site internet marchand, et des premiers clients. Là vous verrez si le concept plait. S’il plait, vous récolterez les critiques de vos clients et vous pourrez prendre le temps de concevoir de meilleurs produits par la suite. Le mieux est l’ennemi du bien, si vous perdez encore plus de temps avant de lancer votre société, vous risquez de ne jamais la lancer ». Comme il avait raison! Dans les semaines qui ont suivi, il a mis à notre disposition son bureau d’étude qui ont pris notre cahier des charge, l’ont rendu plus « pro » et ont travaillé avec les différents agents qu’ils avaient en Asie pour identifier plusieurs usines capables de produire nos ballerines enroulables. Après avoir comparé les échantillons reçus (gratuitement) nous avons sélectionné deux usines, toutes deux basées en Chine, et nous avons été les visiter. Notre choix s’est porté sur une usine, près de Shanghai. Propre, pro, où AUCUN enfant ne travaille, où le rythme n’est pas effréné (nous allons parfois plus vite dans les locaux de Shoette lorsque nous préparons les commandes!) et où les prix, qui ont augmentés en Chine depuis au moins 5 ans, ne sont pas du tout de l’exploitation. Cette usine n’utilise aucune colle ni produit interdit sur nos ballerines. Tout est contrôlé par le Service Qualité du partenaire industriel qui nous soutient.

Ils ont été capables de réaliser notre prototype avec les matières et les objectifs de qualité souhaités, ils ont été d’accord pour des quantités petites, ils ont été d’accord pour les 5 tailles et non 3 (nous proposons du 34/35 et du 42/43, ce que peu de marques proposent), ils ont négocié les délais mais ont tout de même été plus rapide que les usines en France, et le tout à un tarif qui nous permet de proposer la Shoette mini à 15,00€ TTC en France. Alors oui, nous avons laissé de côté la piste du Made in France, à contre cœur, et nous avons igné avec cette usine, basée en Chine. Et grâce à eux, quelques mois plus tard, nous avons accueilli à Rungis des caisses estampillées « Shoette », avec un sourire d’enfant qui découvre un parc d’attraction pour la première fois. Et ce fut le début de la commercialisation des ballerines de secours Shoette, les plus petites commercialisées en France. 

Voilà comment une petite startup française, issue d’une école de commerce française, composée d’étudiants et de jeunes diplômés français qui ne connaissaient rien au monde de la chaussure, et qui avaient sincèrement envie de fabriquer leurs produits en France, s’est retrouvé à vendre des produits Made in China.

Mais tout cela, ce n’était que l’étape 1 de la Shoette Aventure…
Lire ici l’étape 2

 

Shoette en vente dans un nouveau salon de coiffure à Paris!

Imag’in
3 rue de Penthièvre
75008 Paris
Tel : 01 42 65 08 69

Les ballerines de secours Shoette sont désormais en vente dans un nouveau salon de coiffure : chez Imag’in, rue de Penthièvre à Paris, dans le 8ème arrondissement.Garance vous accueillera tous les jours de la semaine, avec une nocturne le Jeudi.
Le modèle de ballerines d’appoint enroulables vendu chez Imag’in est Shoette coton.

Distributeur shoette ballerine enroulable pliableA bientôt chez Imag’in !